Ma Photo

novembre 2010

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          

Ce mois-ci, on recrute...

« Hier, c'était le 15... | Accueil | Pourquoi t'es partie? »

vendredi 25 sep 2009

Commentaires

Venise

Je l'aurais souhaité vivante. Une mort simulée, une mise en scène, pour qu'elle cueille ce beau qu'il y a à cueillir pour elle aujourd'hui. Je mets mon espoir dans son âme, et que ce ne soit pas trop douloureux de prendre conscience.

Trader

J'ai pas lu "Putain".

Mais en ce qui concerne le commentaire du gars dans le club, j'aurais peut-être formulé cela autrement: quelles étaient les motivations de Nelly en écrivant ce livre? Un livre témoignagne, je veux bien le croire, mais elle devait aussi savoir que son roman allait ratisser de tous les côtés, les frustrés sexuels du même coup.

Et si, par la suite, elle n'avait pas accepté toutes les invitations pour parler de ce roman en particulier?

Par ailleurs, en écrivant ce genre de livre, elle acceptait que la barre soit bien haute en ce qui concerne l'idée de vivre "publiquement" avec son récit.

Tout cela pour dire qu'il y a un temps pour écrire un livre. Le meilleur exemple pour illustrer mon propos, c'est le livre de l'Espagnol Jorge Semprun "L'écriture ou la vie". Pour écrire ce témoignage de son expérience des camps de concentration pendant la IIe Guerre mondiale, il a attendu jusqu'en 1994!

Ce sujet du moment idéal pour écrire un livre est loin d'être banal: il faut vraiment être prêt pour se lancer dans la bataille.

À titre d'exemple, le suicide supposé de Primo Levi serait peut-être relié à ce fougueux désir d'avoir écrit avant-terme "Et si c'était un homme" (1947). C'était du moins l'opinion de Semprun.

Martin

Je ne pense pas que «Putain» soit un livre témoignage, c'est de la littérature! Malheureusement, c'est une nuance qui semble trop souvent nous échapper à notre époque. On aborde presque tous les livres comme des témoignages, on y cherche la part de réalité comme si c'était la seule clef de lecture. Ce qui, dans le cas présent, équivaut à nier les ambitions littéraires qu'entretenait mademoiselle Arcan. Peu importe ce qu'on pense du résultat, ayons au moins le gentillesse de la lire comme elle souhaitait sûrement être lue, c'est-à-dire comme une écrivaine.

Catherine

Je ne pense pas qu'il y ait de contradiction entre le témoignage et la littérature, Semprun que cite Trader est un bon exemple. Putain a toujours été présenté comme un récit et Nelly Arcan n'a jamais nié son aspect 'témoignage', ni d'ailleurs son aspect 'littéraire'.

Phil

Comment ne pas avoir envie de te lire après un article comme ça ? Vivement le livre !

Claudio Pinto

Très beau billet, surtout ceci : " L'homme qui sait faire jouir mon corps sans me traîner vers l'interdit de la violence... il est beaucoup trop puissant. "

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.