Renseignements



  • Top Blogues
  • Avertissement
    Veuillez noter que l'hôte du site et les administrateurs ne sont pas responsables des propos tenus par les auteurs, ni de la qualité de la langue
  • Pour participer
    Ce carnet est un site de création collective. Il regroupe les textes de plusieurs auteurs différents tous inspirés d'un thème commun. Le thème est mis en ligne dans la nuit de dimanche à lundi et la date de tombée est le dimanche suivant avant minuit (heure de Montréal). Pour tout renseignement, pour participer ou pour soumettre un thème pour les prochaines semaines:

    Écrivez-nous

Administrateurs

Blog powered by Typepad

« Lancement de la semaine 46, une nouvelle équipe sur le pont ! | Accueil | Amour digital (Laurence) »

Commentaires

Nortine

Triste, ce texte déchu de sa lignée... Il flotte là où on ne l'attend pas!!!

Tubuai

Je me suis permis de lui rendre la place qui était la sienne. Merci de l'avoir signalé, c'est une belle poésie.

Laurence

Oups ! Excusez moi pour cette erreur, Russalka me l'avait envoyé en avance et je me suis mélangée les pinceaux. J'espère qu'elle ne m'en voudra pas. :(

Russalka

Merci à tous trois...
Ne vous faites pas de souci, Laurence, c'est moi qui me suis mélangé les pinceaux
et plutôt
deux fois qu'une...
POur vous remercier tous trois:


Des monts et des vallées
dans l'à peine posés
la chaleur d’une paume
en coque refermée sur la flamme affaiblie

Le rugueux de la terre
a qui on a rendu quelques gouttes de sueur
les petites ratures en travers de la peau et les ongles salis
traces d'égratignures un peu de sang parfois
parfois un peu du sel des larmes essuyées
ou la fumée du bois
qu’on vient de ramasser

Les taches du soleil en mille nébuleuses
les nouures rougies
l’agilité qui va
qui vient selon les jours
le chapelet de cris serrés au creux des poings
les ombres de l’amour
ses caresses blotties la pulpe se souvient

Des monts et des vallées
réunis en prière au bord des sépultures
tendues comme l'oiseau par dessus tous les gouffres
liquidité du temps au sablier des doigts
mains pages écornées pour raconter le monde et donner un peu d’eau
à ces lèvres qui souffrent
à l'argile la rose
un geste doux qui ose
adorer la poussière et lui dire demain
je serai
toi

Luc Comeau-Montasse

Bel emploi du digit
loin du numérique

et cette forme élancée du poème
dans son apparence
loin
des appats ...
(sourire)

Russalka

Merci Luc, je n'étais pas venue icidepuis si longtemps, que c'est une douce surprise de te lire...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.