« Pour une sociologie de la critique (selon Robert Yergeau) | Accueil | Les journalistes de l'humour »

09/08/2012

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Magnifique.

Je partage complètement.

J'ai aussi écrit un court texte plus tôt cet été sur la course: http://remolino.qc.ca/2012/06/18/courir-pour-faire-le-vide/

Je suis émue. Je ne sais pas trop trop pourquoi je cours. Mais je sais qu'il le faut. Et cet été, c'est vraiment difficile, la chaleur, l'humidité, le mal de dos, de pied, blablabla. Et ça me fait peur. Peur de ne plus être capable de courir comme je le faisais ce printemps. Peur qu'il soit déjà trop tard, que mon corps soit sur la pente descendante, moi qui commençais à peine à grimper. Je suis émue parce que je comprends chacun de tes mots. Je nous souhaite la santé, l'énergie. Pour courir, encore...

Très beau.
Donne envie de courir.
Merci.

En attendant, si tu pouvais trouver une machine à ramer qui te permettra de rappeler aux cellules du corps combien cette fluïdité du mouvement est bonne, bonne, bonne...

Et elle nous fait beaucoup de bien.

Bonjour, moi aussi je cours, je cours pour mon corps, pour me défouler, pour plein de raisons, et surtout, je suis fière de m'y tenir, quand je me blesse (moi, c'est le cou!!) je tourne également en rond, je trépigne !!! je cours pour aussi le plaisir d'être capable de demander un effort constant à mon corps. Je cours 3 fois par semaine 1/2 heures, et c'est bien souvent pour oublier les bêtises que j'ai entendu au travail ;o)
votre texte est très beau et me touche beaucoup. J'espère que votre cheville va se remettre très vite. à bientôt
Claude

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Ce mois-ci, on recrute...

Divers



  • Catherine Voyer-Léger. Tous droits réservés.