« Le mépris comme instrument de civilisation? | Accueil | Quand faut y aller... »

08/06/2011

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Être féministe c'est vouloir être libre. La liberté c'est avoir le choix. Si on est obligée ce n'est ni la liberté ni mon idée du féminisme (en passant aujourd'hui je me suis maquillée !!!!

Wow, vous m'enlevez les mots du clavier!

Bien d'accord avec cette "vraie" libération qui me fait d'ailleurs penser à ce que je me suis fait dire adolescente : Quand tu te révoltes vis à vis l'autorité c'est que tu en es justement pas libéré, puisque tu réagis vivement à ..." Disons que ça fait mal aux élans exutoires d'une adolescente, mais ça fait réfléchir. Ensuite, mûrir.

Pour le maquillage, juste pour badiner comme ça, et parler de moi (!) je me suis maquillée dans ma vie, les seules années où j'étais sur le marché de la séduction, que j'évalue à environ 3 ans sur 57. Depuis que je n'y suis pas, je me maquille quand on m'y oblige (tournages) ou quand une fantaisie me prend, juste pour voir, comme on se fait une poule au pot, une fois de temps en temps.

Sinon, ma peau respire le bonheur, sans couche ou beurre noir avec lesquels je finis par me barbouiller tellement j'oublie l'existence du mascara sur mes cils ! Quand je serai grande ... euh, ... vieille, je serai ridée, fripée, les paupières tombantes, les bajoues molles, mais mon homme m'aimera quand même. Si j'étais sur le marché de la séduction, il est possible que j'agirais autrement. Mais je n'en suis plus sûre.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Ce mois-ci, on recrute...

Divers



  • Catherine Voyer-Léger. Tous droits réservés.