« Désir(s) de femme(s) | Accueil | Tout ce qu'il y a (ou pas) dans cet onomatopée... »

19/03/2011

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Je n'ai pas vu le film, mais je me souviens très bien de cet effroyable massacre. Je me souviens surtout m'être demandé comment l'homme pouvait faire cela à son semblable. Je ne sais toujours pas aujourd'hui.
Les années ont passé. L'expérience du divin s'est éteinte. La fatigue, peut-être. Une certaine idée de l'au-delà s'est effondrée avec l'absence de repères. Il vaut peut-être mieux rouler sa pierre au sommet de la colline, après tout.
L'athéisme du XIX siècle, et jusqu'aux années cinquante me semble-t-il, était en lien avec l'histoire commune des hommes; une négation qui trouvait ses assises dans la révolte. Tuer Dieu pour libérer l'homme. Un combat politique, en somme.
Aujourd'hui, l'athéisme est le témoin privilégié du vide existentiel. L'idée même de transcendance s'est dissoute dans la modernité. Nous sommes entrés dans l'erre du "ici et maintenant". L'effondrement du vertical ou profit de l'horizontal. Et avec cet effondrement, la perte du sacré. L'indolente soumission aux technologies en tout genre. À la science surtout, qui nous dit quoi boire, quoi manger.

Mais qu'en était-il justement du sacré?

Toujours un plaisir de te lire.

Merci pour ce commentaire inspirant! :-)

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Ce mois-ci, on recrute...

Divers



  • Catherine Voyer-Léger. Tous droits réservés.