« Le bruit des bottes | Accueil | Parlons de ce que dit Anne-Marie Losique, pour une fois »

02/12/2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Quand maîtrisée parfaitement, toute langue révèle ses beautés inhérentes. Mais pour y arriver, il faut s'accrocher... un jour, tu sauras que tu es devenue parfaitement bilingue (ou trilingue) quand tu ressentiras intimement les subtilités entre les termes et que tu pourras rêver en cette langue qui n'aura plus rien d'« étranger ».

De mon côté, depuis quelques mois, je me laisse peu à peu gruger par une nouvelle langue. Je la laisse s'immiscer dans mon conscient et mon inconscient. C'est déroutant mais aussi inspirant.

Je réagis toujours quand j'entends que l'anglais est une langue plate car ayant grandi dans un milieu et une famille très francophone, mais avec un groupe d'amis très anglophones, elle a pour moi une connotation tout autre que le français et a sa musique à elle, sa couleur. Elle fait partie de moi, de mon histoire personnelle, avec un statut distinct du français.

Je comprends ce que tu ressens par contre car quand j'essaie une nouvelle langue, je reste souvent sur ma faim car je ne vois pas "tout de suite" les nuances, la poésie, ce qu'il y a entre les lignes. Et comme je suis la reine des paresseuses... je ne poursuis généralement pas très longtemps. Mais je suis certaine que tu y arriveras.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Ce mois-ci, on recrute...

Divers



  • Catherine Voyer-Léger. Tous droits réservés.