« S'il y avait un ange, il viendrait ce soir... | Accueil | Le temps des résolutions »

29/12/2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

J'aime beaucoup tes textes, je prends toujours un grand plaisir à m'arrêter ici. Merci!

Merci ma chère, ta constance est appréciée! :o)

Je me revois écrire à Rice sur sa page Facebook, et elle de me répondre! (oulala, bénédiction suprême!). Tu as probablement raison quand tu parles de relations-fictions qui frôlent la maladie mentale (mais on ne le dit pas à mon copain surtout, qui est un fan fini d'Ariane Moffatt! haha). Ce n'est pas la seule chose d'ailleurs qu'apporte de semi-malsain les médias sociaux. Me vient en tête ce vidéo (http://www.youtube.com/watch?v=LOG2nUBYpm4) qui présente ce que ça peut donner... (je ne le trouve plus en français malheureusement) certes en un peu exagéré, mais à peine... Très intéressant en tout cas, comme toujours.

Belle réflexion... Et surtout, bien rendue!

C'est vrai qu'avec Twitter entre autre, on a l'impression d'être assis dans un salon avec les "veudettes" que l'on suit tous comme des voyeurs (jamais) guéris!!

Avec la popularité croissante de cet outil, qui demeure toutefois très puissant pour échanger du matériel d'intérêt (comme des liens vers des réflexions édifiantes comme celle-ci), il sera intéressant de voir si à un certain point le "réseau" ne deviendra pas saturé... et par le fait même la sensation de proximité qu'il crée ainsi dissolue.

Une proximité qui demeure virtuelle, on s'entend!

Au plaisir de te relire... Car en 2.0, om peut se tutoyer right?

Merci Maxime.

@Jean-François: en effet, peut-être qu'un plus grand achalandage va diluer cette impression de proximité. Peut-être aussi que l'augmentation de l'achalandage va obliger les gens connus à revoir un peu leur façon de faire. Mais dans tous les cas, le 2.0 n'est qu'un nouvel outil pour mettre en corps une tendance sans doute normale (le voyeurisme) qui est moins saine chez d'autres personnes qui comblent ainsi des vides.

Et pour le tutoiement, ça fait partie de la proximité, sans doute. ;o)

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Ce mois-ci, on recrute...

Divers



  • Catherine Voyer-Léger. Tous droits réservés.