« Foglia et La Presse | Accueil | Métier = Critique / No10 - Normand Provencher »

12/06/2012

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Justement, j'avais le goût d'une tasse de thé. À l'intime.
Pour te confier, yeux dans les yeux, chère Catherine, combien je me sens loin de tes préoccupations. Ce qui ne veut pas dire que ton billet ne me fait pas réfléchir un brin. Le bouquet suivra le brin, quand j'en aurais le temps, cette denrée si précieuse parce que si rare en ce moment pour moi.

Je peux juste, avec toi et devant toi, exposer une photo, mon instantané du comment je me sens en tant que blogueuse @Voir.

J'ai été tenté par l'aventure pour plus et mieux parler de la littérature québécoise, avec un plus large public pour la promouvoir, et je me suis vue de plus en plus embarquer dans la vague de l'actualité et donner mon opinion. Mais je ne me sens pas mal de le faire, parce que l'actualité n'a jamais été aussi envahissante, et je dirais tant mieux. Je ne me suis pas senti mal à l'aise non plus de rédiger des billets qui semblent se pointer comme des extra-terrestres parmi le déferlement de la mer d'opinions politiques. Je me disais même, heureusement que certains abordent autres choses, comme toi par exemple. La diversité sera toujours intéressante à mes yeux, car elle englobe l'être humain dans son entier, non sous un seul angle.

Je suis si peu dans les coulisses du Voir et de ses journalistes, parcourant l'avant-scène seulement, voilà pourquoi j'imagine que je ne ressens pas ce genre de malaise que tu ressens.

Le changement de direction du Voir, j'attends de le voir, même si, comme toi, la direction de Tristan Malavoy était une assurance d'intégrité.

Je verrai, tu verras, nous verrons .... @Voir

Je reviens chez vous.

Et moi, je te lirai où tu iras, Miss! Et j'adore le thé! ;)

T comme tarabusquée, ce qui était mon cas ces derniers temps. Pas facile de partir et encore moins de revenir.
la liberté a parfois un goût amer que tout le miel ne saurait adoucir. Le thé est un art, pourtant sans cérémonie je vous dis : Bienvenue !

@Venise: Les malaises sont des choses bien personnelles et je ne demande à personne d'adhérer à ma lecture. J'ai fait ce qui me semblait le plus juste pour moi.

Merci, en tout cas, mesdames, d'être là pour le retour. Encore une tasse? ;)

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Ce mois-ci, on recrute...

Divers



  • Catherine Voyer-Léger. Tous droits réservés.